Alors? Ben ouais, c’était bien sympa!

02 août

Ça y est, nous avons retrouvé la chaleur de la Côte d’Azur, le chant des cigales, les amis (ceux qui sont là. ..et merci à notre super comité d’accueil Angé, Hélo, Matthieu et Mélanie ) et la famille (merci à la famille de Nico ).

- Alors c’était comment?
- Ben ouais,c’était bien sympa…
- Non, mais racontez. ..
- Difficile, presque impossible, toute une année remplie d’émotions, d’aventures, de rencontres, d’échanges, ect….
Mais bon, on va essayer de répondre aux questions les plus fréquentes…et partager ici nos réponses rédigées à chaud, en donnant chacun son avis. Si vous avez le temps, bonne lecture…ce sera sûrement long!!!

- Quel est le pays qui vous a le plus plu?

Sarah : Euh pour les paysages? Pour les rencontres? Pour le dépaysement? Pour la culture? Difficile…mais comme ça, je pense la Colombie pour ses rencontres extraordinaires. Mais il y a aussi l’Argentine, la Nouvelle Zélande et les Usa pour leurs paysages grandioses, la Nouvelle Calédonie et Cuba pour leurs magnifiques plages, le Mexique pour son excellente bouffe…

Nico : tout pareil que Miguel ! Enfin presque puisque pour moi, le Japon a été une étape fantastique par sa différence et sa culture unique au monde. Et puis prendre un bain public tout nu avec des japonais ça marque, non ?! Je rejoins Sarah sur la difficulté de la réponse. Aucun pays ne possède le savant mélange qui nous plait : un peu de tout ! Alors oui, bcp de pays m’ont marqué mais la Chine est aussi à noter pour des paysages et une culture très riche et variée. La Mongolie ne me laisse pas un souvenir impérissable.

- Et s’il y a un moment magique que vous retiendriez, lequel?

Sarah : Euh…y’en a trop! Je n’arrive pas à en sélectionner qu’un. Mais au moins quelques-uns dans le désordre: observer l’ours se rafraîchir dans la rivière à 10m de moi en Californie, regarder les pingoins bleus remonter de nuit dans leur nid et nous passer devant les pieds en Nouvelle Zélande, voir vivre le glacier Perito Moreno pendant une journée en Argentine, approcher des kangourous, koalas, wombats, perroquets en Australie, assister au combat de sumos au Japon…et j’en passe tellement. Ça c’est vraiment impossible à répondre.

Nico : comme ça à chaud et sans réfléchir longtemps, celui que je dégage, s’est déroulé un soir en Nouvelle-Zélande, à attendre la nuit tombée pour voir surgir de l’eau bien agitée des petites masses bleutées, très maladroites sur terre, remonter des rochers la plupart du temps bien plus grands qu’elles, pour retrouver leurs petits et leur rapporter la nourriture du jour, fraîchement péchée. Vraiment ces pingoins bleus m’ont laissé comme un gamin devant le spectacle proposé, à traverser la route du village pour rejoindre leur nid, qu’ils avaient construit bien avant l’arrivée de l’homme et de ses constructions immobilières. Sinon, le glacier argentin « Perito Moreno » et le temple d’or au Japon m’ont laissé bouche-bée dès leur découverte.

- Alors vous n’avez pas été trop malades?

Sarah : si un peu, surtout moi d’ailleurs! Quelques gastros et/ou indigestions alimentaires, nausées. ..mais rien de grave, juste mon petit estomac français qui ne supportait pas toujours la bouffe locale! Mais je vais lui refaire une santé ici!!!

Nico : Ah, la Chine ! Des temples, des paysages, des chinois …… et la bouffe PÉRIMÉE. Tout y passe même les canettes de Coca. Si, si, je vous assure, trop fort ces chinois. Il n’y a pas le choix, puisque TOUT est périmé. Forcément, mon estomac a eu du mal à un moment. Sinon, sans doute une insolation sur une rando de deux jours en Patagonie, accompagnée de frissons et courbatures le soir ( une petite grippe peut être ? )  mais un bon Rhum et ça repart aussitôt.

- Avez-vous eu des problèmes ou des « coups de mou »?

Sarah : des problèmes ? Pas vraiment…enfin si, le bel appareil photo que j’ai cassé et quelques objets oubliés ou cassés. Au bout de 6 mois, on a été un peu démotivés de faire toujours des randos et l’inconfort du camping, surtout le matelas d’1cm d’épaisseur, et le froid nous ont pas vraiment réconfortés !! Mais ce n’étaient que des moments passagers…et si l’un n’avait pas vraiment le moral, l’autre lui remontait!

Nico : Pas de souci majeur, aucun d’ailleurs, et c’est aussi ce qui rend notre voyage si bon. Nous avons vécu un an de bonheur sans galère. Juste un cou de mou, de lassitude du voyage et d’itinérance en Patagonie. Sans doute notre rythme soutenu des 5 premiers mois mais rien de bien méchant. Si ce n’est le site d’El Chat en, sans nuages pendant trois jours ( exceptionnel en Patagonie ) mais Sarah était HS à ce moment-là. Faudra y retourner !

- Et pour le budget, comment vous avez géré ?

Sarah : Nico s’est choisi un autre métier pendant cette année: expert-comptable! J’avais estimé un budget journalier par personne et par pays avant le départ. Nous rentrons dans ce budget largement avec des dépassements de budget dans certains pays compensés par d’autres. Mais, nous nous sommes toujours fait plaisir (restaus, quelques hôtels, excursions…) avons profité des opportunités ( le saut en parachute et la dépose en hélico  en Nouvelle Zélande, l’hôtel 4 étoiles à Cuba, des excursions en Nouvelle Calédonie, ect) tout en mangeant des sandwichs presque quotidiennement et en campant le plus souvent. C’était un bon compromis et je me suis jamais sentie frustrée.

Nico : Sarah avait fait un tableau previsionnel avant de partir, €/jour et par pays. On s’est basé sur cela tout au long du voyage mais sans stress. Ça nous a donné une ligne de conduite mais sans suivre à la lettre chaque jour. Globalement, cela s’équilibre au fil des jours et il faut voir dans la globalité. Nous avons par exemple dépassé voire explosé le budget quotidien dans certains pays, la Nouvelle-Zélande notamment avec la location du mini-van, la chute libre et les vins nombreux à déguster, mais cela s’est compensé avec d’autres pays finalement moins onéreux que prévu avec nos habitudes de voyage, à savoir repas simples et camping. Au final, nous sommes légèrement en dessous des prévisions, ce qui compense un petit peu les excessives assurances françaises que nous étions obligés de payer, Secu et Mutuelle.

- Et vous vous êtes supportés 24/24 pendant un an?

Sarah : Ben oui, ça peut  paraître incroyable…mais on s’est très bien entendu. On peut même dire qu’on se connaît plutôt bien maintenant! !! Le maître mot de la réussite : la tolérance!  Et, je vous l’assure, c’est 100% testé: Nico est un excellent compagnon de voyage.

Nico : nous nous étions jamais posé la question avant de partir. C’était peut être mieux ainsi d’ailleurs. Mais franchement aucun souci. Entente parfaite, tout au long du voyage. Je ne vais pas faire dans le Kitsch. Effectivement, je suis un compagnon exceptionnel…à peine moins résistant que notre sac à dos et à peine plus grand ! Donc c’est facile de me mettre dans une soute ou un placard si je prends trop de place !
Sinon, Sarah n’est pas mal dans son genre. Vivre un an avec seulement quatre TShirts et deux polaires, c’est quand même exceptionnel. Bon, quand même quatre paires de chaussures !

- Et le retour, c’est pas trop dur ?

Sarah : En fait,je pense que j’ai déjà pas  encore vraiment réalisé le voyage… Alors le retour? Ben encore moins!!! J’ai vécu sur un nuage pendant un an et je vais atterrir doucement… Je m’inquiète pas vraiment, on verra bien. Et les photos m’aideront à réaliser notre aventure.

Nico : à ce jour, pas du tout. Je surfe sur le voyage et n’ayant pas repris nos quartiers raphaellois, je me sens toujours en vacances. Je mets d’ailleurs toujours les mêmes habits et je découvre cette ville merveilleuse transformée pour cette année : Marseille, capitale de la culture 2013!

- Et quelles sont vos envies pour les prochaines destinations?

Sarah : Alors, il y en a un peu moins qu’avant mais il y en a quand même! La Tanzanie, l’Alaska, l’Antarctique, la Scandinavie, l’ Islande et. …la France!

Nico : je ne sais pas. Peut être cela passera dans un premier temps par l’achat d’un camping car. Les destinations découleront alors de la possibilité de s’y rendre en roulant. Mais surtout, la France et rendre visite aux amis auxquels j’ai beaucoup pensé. Un délire ou rêve tout de même : un raid en moto quelque part en pleine nature ( Maroc, Patagonie ). Avis aux amateurs motards….

Dollartrek

28 juil

Hello United States!

Nos premiers pas sur le sol américain ont été très stressants: la lenteur et l’exigeance de la douane américaine nous ont fait prendre notre connexion pour Los Angeles, à 2 minutes près. Ouf! Les bagages ont suivi le lendemain!

Au volant de notre voiture, nous nous sentons tout libres pour découvrir le sud-ouest des USA sans programme (on ne change pas les bonnes habitudes!!), et on se laissera bien surprendre!
Première étape : Hollywood, ses fameuses lettres capitales plantées dans la colline avec la vue sur la baie et son avenue des stars où l’on garde les yeux rivés sur le sol, guettant l’étoile de son acteur. Nico a trouvé Penelope Cruz…mais je n’ai pas vu Brad Pitt! C’est toute une ambiance: Jack Sparrow, les Transformers, Batman et j’en passe, posent avec les touristes dans la rue! Ensuite, c’était Venice Beach avec les sauveteurs en maillot rouge, les skateurs, les danseurs de Hip-Hop et un match de Streetbasket en live et nous terminons par Santa Monica à l’atmosphère plus bling-bling mais bon enfant! Ça change du Mexique tout ça…

Nous prenons la route vers Las Vegas passant par des parcs nationaux désertiques, celui de Joshuatree, cet arbre-cactus unique en son genre et celui de Mojave, avant d’aller jouer notre voyage dans les machines à sous…c’est sûr, nous ne repartirons pas un an! Nous filons ensuite camper dans d’autres parcs nationaux, Zion et son canyon profond, Brycecanyon et ses pics rocheux extraordinaires, Glencanyon et son lac Powell aux eaux d’un bleu pur et le gigantesque GrandCanyon à l’allure préhistorique. Nous empruntons ces longues lignes droites pour traverser cette nature immense et désertique et atteindre la fraîcheur des montagnes. Dans le parc de Sequoia, nous nous sentons minuscules face aux arbres les plus grands du monde, observons un ours se rafraîchir dans la rivière dans le Kingscanyon et randonnons dans le célèbre parc Yosemite. Et nous terminons la boucle par les plages de Big Sur avant de rendre la voiture à San Francisco. Les USA, enfin rectifions, le sud-ouest des USA, donnent une image d’immensité et de profusion: immense nature, paysages grandioses, routes à 6 voies, grosses voitures, nombreux obèses, grande quantité de sodas, nourriture,ect. Bref, tout est grand!

Et maintenant: San Francisco …et les derniers jours que l’on peut compter sur les doigts d’une seule main! Nos sentiments? Partagés… nostalgiques de la fin de cette aventure extraordinaire, immense (euh, plus que les USA), magique – que l’on a essayé de vous faire un peu partager- et heureux de retrouver nos amis, la famille, notre chez-nous……..ah oui, et un frigo, un bon lit, une variété de vêtements, de chaussures, du parfum, ect…

Mais d’abord, nous profitons de ces derniers jours pour monter et descendre les rues de la fameuse San Francisco, l’urbaine, photographier ses belles maisons victoriennes, arpenter les différents quartiers, flâner dans les parcs et ressentir l’atmosphère un peu hostile avec ces nombreux clochards et drogués qui errent dans les rues.

Demain, nous verrons le grand, le célèbre, le majestueux Golden Gate et ferons nos dernières emplettes, puis nous ne manquerons pas de faire un tour dans la Napa Valley pour déguster les vins californiens avant de prendre notre vol pour……………..Nice! Prochaine destination: la France…et la joie de vous revoir! (Nous serons, dans un premier temps, seulement joignables par mail puis on vous communiquera notre numéro de téléphone)

Un dia sin Chile…

02 juil

…es imposible! Quand tu voyages au Mexique,  le moment de manger, de déguster de nouveaux plats est chaque fois une épreuve! Et nos petits estomacs français peinent à s’habituer à cette bouffe extrêmement épicée ! Peu importe ce que tu commandes: salade de fruits, glaces, sucette, bière, pizza, spaghett et bien sûr tous leurs plats, tu peux être sûr que tes lèvres vont brûler et que ta bouche sera en feu! Parce qu’un jour sans chili, c’est comme un jour sans soleil ici! Mais on est témérères…on continue de goûter ! Bon Nico se transforme peu à peu en Mexicain, il n’hésite plus à rajouter un peu de sauce…

À part la bouffe, nous visitons aussi! Du Chiapas, une région plus typique, peuplée essentiellement d’indigènes, nous remontons vers le Centre, bien plus imprégné du style colonial: d’abord la visite d’Oaxaca, une belle ville et son site majestueux Monte Alban de la civilisation zapotèque, puis Puebla où nous sommes accueillis par Oswaldo, notre couchsurfeur. Un chouette court séjour aux longs échanges intéressants et enrichissants avec ses amis mexicains… mais où la bière au chili m’est fatale! La ville de Puebla, animée et riche culturellement, nous plaît beaucoup. Nous poursuivons jusqu’à Morelia, vêtue de pierres roses et qui renferme des merveilles architecturales, il y fait bon s’y promener. Mais Guanajuato sera LA ville qui nous enchantera le plus: un air de bien-être règne dans ses dedalles de ruelles colorées, au milieu de ces nombreuses placettes et parmi les nombreux petits restaus bien agencés. Et le soir, elle s’anime de groupes musicaux traditionnels qui t’emmènent parcourir la ville… un délice ! Nous en tombons amoureux. Et un dernier crochet par Queretaro, grande ville au centre historique charmant, avant d’arriver à la grande et redoutable Mexico!
Logés chez José Alberto, pendant la journée, nous profitons de la ville, de ses nombreux musées et de ses édifices importants et passons de belles et longues soirées animées en très bonne compagnie. Et nous n’avons pas manqué le majestueux site de Teotihuacan, massif et magnifique.

Bon et la surprise alors? En fait il y en a 2! Une excellente pour nous: je suis mutée sur Frejus-Saint-Raph dès septembre.
Et celle pour vous? On peut vous le dire maintenant. On s’envole pour Los Angeles aujourd’hui pour passer nos dernières semaines en Californie et terminer notre aventure on the road, oh yeah…ah et aussi tenter de rembourser notre voyage à Las Vegas!

Mayas, Margaritas et Fajitas!

19 juin

Nos premiers instants à Tulum  étaient une intense entrée en matière dans le monde de la bouffe mexicaine: premiers Tacos et première expérience du chili… On s’en rappelle! Alors règle n°1:ne pas croire un mexicain qui vous dit « no problema, no pica « ! C’est pas vrai, ça arrache! Et règle n°2: ne pas se fier à ses expériences précédentes par rapport aux couleurs de la sauce (une sauce verte peut être du Guacamole comme le plus épicé des piments!). Classée au patrimoine mondiale de l’ Unesco (quand même), la bouffe mexicaine est une expérience chaque jour! Tacos, Fajitas, Burritos, Quesadillos, Enchiladas, Tortas…tu as le choix, la seule chose c’est d’aimer les galettes de maïs! Après tu peux aussi choisir de faire passer tout ça avec plusieurs Margaritas (ou plus direct avec un shot de Tequila!)
Bref on se régale chaque jour et notre estomac ne se repose pas!

Bon on ne fait pas que manger, on visite aussi….sous une chaleur de plomb, par un climat tropical où les moustiques se régalent de notre sang de gringos. Les sites Mayas nous impressionnent: Tulum, une forteresse en bord de mer Caraïbe, Coba encore enfouie sous la jungle, Chichen Itza, l’une des actuelles merveilles du monde, célèbre pour sa majestueuse pyramide, Uxmal et son architecture et bas-reliefs de style Puuc, le Tikal, fabuleuse ancienne cité maya au Guatemala et j’en passe! La position, l’architecture et les bas-reliefs te prouvent que les Mayas maitrisaient parfaitement l’astrologie et les mathématiques il y a déjà plus de 2000 ans! Trop fou. Et chaque fois, c’est une atmosphère différente. Les cris des singes hurleurs te rappellent l’hostilité de la jungle environnante, les iguanes lézardent au soleil sur les pierres chaudes des temples, une mygale croise ton chemin…et moins exotique, les moustiques t’emm…tout le temps! Mais quel dépaysement. Nous avons aussi parcouru quelques villes coloniales, toutes en couleur et fait quelques plongeons dans des cenotes (des trous d’eau douce de 90m de profondeur au milieu de nulle part). Bref la région du Yucatan nous a enchantés.

Ah oui j’oubliais, on a bien fêté mon anniversaire (merci à Gotié et à tous ceux qui ont pensé à moi) avec au programme 2 tyroliennes perchées à 80m et 90m au-dessus d’un cenote, kayak, baignade et excellent restau à Campeche. C’était un mardi donc pas vraiment d’ambiance pour fêter ça avec les mexicains…on se rattrapera!

Et maintenant on monte lentement vers Mexico City…et on vous réserve une surprise pour juillet. Alors, vous donnez votre langue au chat?

Hasta siempre…las vacaciones!

18 juin

Et non…. « hasta siempre la victoria » ou « Viva la Revolucion », comme le proclamait le Che.

À peine les pieds à Cuba, nous sommes déjà installés chez l’habitant, dans un quartier modeste de La Havane, à discuter de la politique, du régime, de la vie des cubains et de leur « marché sous-terrain » qu’ils se créent pour mieux vivre…que seulement avec leurs 15€ de salaire mensuel. Nous flânons dans les rues aux façades délabrées, croisons des enfants jouant au baseball avec un manche à balai et un bouchon, admirons les belles et vieilles voitures américaines et nous imprégnons du rythme cubain. Au musée de la révolution, nous approfondissons l’histoire de Cuba, sa période révolutionnaire et ses héros …racontée en toute subjectivité par  l’État, qui réserve même un « coin des crétins » aux présidents américains!!! Nous déambulons dans la vieille Havane, les quartiers limitrophes, sur le Malecon, visitons la vieille fabrique de cigares Partagas, le plaisir luxueux des cubains.
Nous apprenons petit à petit comment vivent ou survivent les cubains, souvent opposants au régime, dans un marché où tout se monnaye et où le touriste est la cible des arnaques quotidiennes. Un système particulier!

Puis nous partons sillonner le nord de l’île commençant par Vinales, du repos sur le sable blanc des plages exceptionnelles et une bonne rando dans les mogotes (les pains de sucre cubains), les plantations de tabac et un plouf dans les grottes. Passons par la baie des cochons, une baie pas si extraordinaire, pour arriver à Cienfuegos, courte halte dans cette ville coloniale. À Trinidad, nous restons qques jours pour profiter de la plage, des fonds marins, visiter la ville et vivre au rythme cubain! Soirées musique, danse et cocktails!
À Santa Clara, nous prenons conscience de l’importance du Che à Cuba par le culte qu’ils lui vouent  (mausolee, musée, affiches, chants…) Et nous nous offrons « 2 vrais jours de vacances » dans un hôtel 4 étoiles tout inclus sur une plage de la Mer Caraïbe!  Cocktails, restaus, piscine et bronzette…le luxe!!!

Notre séjour cubain se termine déjà: intense, riche, intéressant, depaysant et qui nous fait dire que Cuba n’est pas que cigares, rhum et plages.

Maintenant nous sommes au Mexique, dans le Yucatan, et malgré la pluie, commençons les visites  des nombreux sites mayas. Viva Tequila!!!

Pendant ce temps…

18 juin

… que les résistants du Jobartrek
essaient d animer le blog, voire de le détourner en Jobartweet, de demander leur mutation pour Estaque Gare pour être au plus près des sardines, de simuler une intolérance à la chaux pour mieux préparer des déguisements,  le grand administrateur du site Jobartrek ( autre civilisation en éque ), cherchait à retrouver l accès au site perdu. Les mexicains ne connaissant pas cette civilisation bloquaient l accès de ce temple de la communication. Seul, sans Esteban ni Zia ( ni Raoul ), il fut LUI aussi surpuissant, comme nikos et la got, pour retrouver la communication avec la tribu.
Alors, après ces nombreux messages d appel à la résistance du Jobartrek et à la participation de chacun aux évènements culturels internationaux ( sardinade, Raoul Petite et la piscine de Raymond ), Sarah et Nico vont être de retour avec de nouveaux articles et photos.

Con mucho gusto!

17 mai

… ou “avec grand plaisir”! C est ce que repondent les colombiens apres t avoir rendu service. Et nous, c est avec grand plaisir que nous reviendrons ici, dans ce beau pays.

Apres la petite semaine passee avec Alejandro et sa famille, nous sommes descendus dans le Sud parcourir la region du Café. Premiere halte a Manizales pour visiter la ville et les alentours. La region porte bien son nom, chaque parcelle cultivable est utilisee pour un plan de Café, peu importe le relief! Les cafeteros (ceux qui ramassent les graines) se debrouilleront bien! Nous filons ensuite vers Armenia pour flaner dans le petit village colonial Salento (eh oui encore!) colore, anime et tres authentique et pour participer a la visite tres ludique d une finca qui cultive et produit son café. Nous savons maintenant exactement d ou vient le“tinto” que vous buvez chaque jour! Nous poursuivons notre route jusqu au desert de La Tatacoa, incroyable paysage coince au milieu de deux Cordilleres. Avec notre moto-taxi, nous parcourons un bout de cette immensite, marchant dans les labyrinthes geologiques incroyables et nous baignant dans une petite piscine amenagee au milieu de ce paysage si aride. Le pied! Nous terminons cette belle apres midi par une experience unique : l observation des etoiles, admirant l Etoile Polaire et la Croix du Sud en meme temps, nous trouvant sous l Equateur Celeste. Et notre astrologue nous montre Saturne, Jupiter, Cyrius et plein d autres etoiles et cometes. Genial!

Nous terminons notre sejour par 2 sites archeologiques celebres, celui de Tierradentro et ses hypogees qui prouvent l importance des rites funeraires de l epoque precolombienne et San Agustin et ses statues et tombes d une civilisation encore enigmatique. Tres interessant!

Demain, nous rentrons sur Bogota et quittons la Belle Colombie avec un pincement au coeur et l idee de revenir un jour. Comme le dit leur dicton, “ le seul risque en Colombie, c est d y rester”! Alors avant que les touristes n envahissent les lieux, nous vous le conseillons comme prochaine destination…

Maintenant, a nous Cuba… pas vraiment libre!

A la orden!

06 mai

(prononcé « a la ordenne » ) est l’expression que l’on entend chaque jour des centaines de fois en passant devant un marchand de fruits, de légumes ou d’empanadas, un vendeur ambulant de chaussettes, de sacs, de corbeilles à linge, un taxi, une agence de voyage, ect. Traduisible éventuellement par un « À votre service »! Donc si vous savez le dire, vous êtes déjà un peu colombien. Rajoutez à votre quotidien des empanadas (des chaussons fourrés à la viande ou aux légumes) frits et bien gras, respirez la joie de vivre, sachez danser le Vallenato, le Merengue, la Cumbia et le Reggaeton et dîtes un « Que esten bien! » quand vous quittez quelqu’un…et là vous serez un vrai colombien!

Déjà 3 semaines que nous vivons la Colombie et que nous sommes enchantés par cette chaleur humaine, cette joie de vivre et cette gentillesse. Que de rencontres et d’échanges fantastiques! Une vraie leçon sur les relations humaines…

De Villa de Leyva, nous montons  petit à petit vers le nord, passant par San Gil, petite ville tranquille aux excellents jus de fruits, à proximité de villages perdus connus pour leur artisanat et la vente de fourmis « à gros cul  » (je ne fais que traduire l’expression « hormigas culonas »!) que nous avons goûtées! Puis nous faisons  escale au canyon Chicamocha et à Bucaramanga où nous sommes chaleureusement accueillis dans une famille colombienne pour dîner. Une belle soirée!

En route pour la côte Caraïbe: Santa Marta où le soleil ne pardonne pas! Caliente, caliente! Nous nous échappons dans les hauteurs pour un bain dans la rivière à Minca et profitons des plages dans le parc Tayrona que nous parcourons à pied. Étrange mélange de paysages: mer Caraïbe et jungle peuplée d’indigènes Kogui. Unique!
La suite dans la Guajira, une région peuplée d’indigènes Wayyu encore proches de leurs traditions. Seuls « gringos », nous vivons au rythme de la vie locale d’abord à Riohacha puis au bout du monde, au Cabo de la Vela, et nous retrouvons installés dans des hamacs au bord de la mer Caraïbe…comme si le temps s’était arrêté. Un programme paisible de repos, lecture, baignade et ballades convenait parfaitement à l’ambiance de ce petit village de pêcheurs. Et on n’a pas manqué de déguster les délicieux poissons et à la langouste. Un régal!

Après la tranquillité…destination Cartagena, LA ville touristique du pays. Et l’on comprend vite pourquoi! Ville agréable, vivante, pleine de charme où il fait bon flâner dans les ruelles du vieux centre, aux maisons colorées et balcons en bois. Mais surtout, ne pas manquer d’y faire la fête : monter dans une Rumba Chiva (un camion aménagé) avec Cuba Libre à volonté et groupe de musique live qui parcourt la ville de nuit pendant quelques heures. Bonne ambiance et rencontres assurées! Puis poursuivre la soirée en boîte et danser sur le rythme des musiques latinos….jusqu’au petit matin! Une soirée d’enfer avec des colombiens qui savent faire la fête !
Nous profitons encore une dernière journée de l’eau cristalline et du sable blanc des Caraïbes avant de redescendre dans le sud à Medellin.
Comme si on était toujours en vacances!

A Medellin, nous sommes chaleureusement accueillis dans la famille d’Alejo, un jeune colombien que nous avions connu en route. Nous nous laissons guider en ville et aux alentours: parc Arvi, Guatape et le rocher du Penol avec ses amis, virée nocturne, Santa Fe, un village colonial… et nous passons de si bons moments, drôles et intéressants, plongés dans la culture colombienne que nous nous laissons tenter par un weekend festif dans une Finca (un super gîte avec piscine où nous voulons vous rassembler à notre retour) avec ses amis…. Et ben, c’est confirmé, les colombiens savent faire la fête!
Enfin, nous quittons Alejo et la bonne ambiance pour poursuivre sur la route du Café, Manizales et le sud.
Ça va trop vite…plus que quelques jours dans ce pays coup de coeur!

De 0 à 2600m!

14 avr

Sur la côte, nous profitons des plages brésiliennes à Paraty, cette bourgade au style colonial, puis à Ihla Grande, une île sauvage verdoyante aux grandes plages de sable blanc,classées par les brésiliens …mais qui ne rivalisent quand même pas avec celles de Calédonie! Ballades,farniente (quelques heures seulement…Nico ne tient pas en place!) et tour de l’île en bateau. Ça fait vacances!

Et nous montons jusqu’à la belle et célèbre Rio… Visite du centre, des églises, marchés, ancienne bibliothèque, quartier des artistes sous la pluie mais dans une atmosphère tranquille…même si l’on sait qu’il vaut mieux rentrer à la nuit tombée.
Puis, ce fut une journée ensoleillée et riche en émotions avec la montée au Corcovado, celui qui protège la ville du haut de son piton et offre une vue imprenable sur l’océan, les plages, le pain de sucre, les favelas et le centre et un magnifique coucher de soleil du haut du Pain de Sucre avec un panorama différent sur la ville.
Enfin,nous passons notre dernière journée essentiellement sur les grandes plages Ipanema et Copacabana au milieu des familles brésiliennes par un dimanche ensoleillé. Ce n’est pas une légende…ils jouent bien tous au foot dans le sable, dotés d’une agilité incroyable! La légende,c’est plutôt les belles filles en string!!!

De Rio, la grande ville connue pour ses plages, nous nous envolons pour la Colombie et aterrissons à Bogota, nichée au milieu de la Cordillère des Andes, à 2600m. Logés chez 2 sympathiques couchsurfeurs, nous sommes de suite immergés par une longue discussion sur la politique et la situation du pays. Lors de notre premier jour, le 9 avril, nous assistons à la grande marche pour la paix à laquelle participent des milliers de colombiens engagés pour lutter contre les violences armées. Même le président marche au côté de son peuple. C’est un moment très émouvant.
Puis nous nous imprégnons de la ville doucement en flânant dans le vieux centre, les musées dont la belle fondation de Botero, montons au Mont Serate pour dominer la ville et visitons là 1ère merveille du pays, l’immense cathédrale de sel construite sous terre.
Nous filons ensuite à Villa Leyva, nous ressourcer en pleine nature, après le bourdonnement des grandes villes. Nous prenons le temps de nous arrêter dans ce petit village paisible pour nous reposer et visiter les alentours, d’autres villages d’artisans.

C’est une belle entrée en matière en Colombie, un pays tranquille et sûr où les gens sont charmants mais qui souffre encore d’une mauvaise réputation de par son passé. On fera changer les avis…

Arrosés et piqués!

31 mar

Après les montagnes de couleurs, nous changeons de côté et de climat. Tropique, moustiques et averses! Nous faisons un crochet au Paraguay pour visiter les missions jésuites bien conservées. (Nous en profitons pour racheter un nouvel appareil photo…pour pouvoir continuer à vous faire suivre notre aventure!). Nous faisons halte à San Ignacio pour un peu de repos sous la pluie tropicale, visiter la mission jésuite argentine connue et nous promener…toujours sous la pluie! Et nous arrosons ce temps avec un bon barbec’ au vin argentin…et oublier tous ces moustiques!

Une des 7 merveilles naturelles du monde devant nous: les chutes d’Iguazu. Whaou! De l’eau, de l’eau, de l’eau! Un truc de ouf! Du côté argentin, on a vécu les chutes, arrosés et époustouflés par la grandeur du spectacle et du côté brésilien on a admiré la vue panoramique sur ces 250 chutes qui coulent au milieu de cette jungle. Inoubliable! Que d’émotions.
Donc, comme vous l’avez compris, nous avons quitté notre Argentine, avec un pincement au coeur…pour une nouvelle contrée: Brasil!

Tout de suite immergés dans le Pantanal pour une Samba…avec les caimans! Région très sauvage et connue pour ces nombreux animaux, nous passons quelques jours en pleine savane, isolés du monde et dormons dans des hamacs au bord d’une rivière de caimans…endroit dépaysant mais connus des moustiques!
Au programme : promenade en bateau pour observation des animaux (singes, capi bara, loutres, cormorans, martin-pêcheurs, toucans et plein d’autres), pêche aux piranhas au milieu des caimans (que nous avons mangés…les piranhas bien sûr!), ballade nocturne, safari en jeep… et Caipirinhas à l’apéro,nous ne manquons pas nos classiques! Séjour exceptionnel! Les moustiques nous en laissent encore de beaux souvenirs!

Puis petite halte à Sao Paulo, ville hostile où il y a plus de clochards que de passants et arrivée sur Paraty, petite bourgade les pieds dans l’eau, plutôt touristique…mais idéale pour flâner un peu! Ballades, restau, baignades…et Caipirinha à ne pas oublier! Bref, la belle vie quoi!

jobartrek

on ne va jamais aussi loin lorsqu on ne sait pas ou l on va